Pratiques discriminatoires ou process de recrutement inadaptés ?

Elles sont sept. Sept entreprises à avoir été pointées du doigt pour leurs pratiques discriminatoires en matière de recrutement. Pour leur défense, elles mettent notamment en cause la méthodologie suivie par les chercheurs. La température n’est pas élevée, c’est le thermomètre qui fonctionne mal.

Cette étude et la défense d’une des entreprises interrogées par L’usine nouvelle, Renault nous semble pourtant particulièrement intéressante. L’entreprise automobile, sans nier le problème – mais en le généralisant « c’est un problème de société » – indique que les résultats ne respectent pas le process de recrutement normal. Les auteurs de l’étude ont envoyé des CV à des managers et tirent des conséquences de leur réponse ou de leur silence. Or, explique-t-on chez Renault, dans un vrai process de recrutement les RH interviennent pour corriger les éventuels biais conscients ou inconscients des managers.

Nous ne sommes pas aussi optimistes que le porte-parole de Renault qui a répondu à notre consoeur. L’étude menée par Jean Pralong, récemment interviewé par L’Usine Nouvelle est éloquente sur les difficultés du bien recruter. Plus le recruteur possède d’informations, plus il risque de mobiliser ses préjugés dans sa décision. Confronté à un grand nombre de données et devant décider dans un temps et avec des moyens limités, le recruteur se raccroche à des stéréotypes. 

Ceci rappelé, ce n’est pas très rassurant sur les stéréotypes des personnes qui ont été testées, mais cela complexifie l’analyse simpliste qui est parfois proposée après la dénonciation des sept « méchants ». 

Surtout, dans un contexte où la pénurie de compétences est devenu un refrain à la mode répété sans y penser par nombre de recruteurs et dirigeants d’entreprises, comment peut-on regretter le manque de compétences quand on refuse d’un revers de la main certaines candidatures ? Comment être sûr de la qualité d’un recrutement quand on élimine certains candidat.e.s sur des critères irrationnels ? C’est injuste, illégal et stupide d’un point de vue économique. Il est urgent de recruter de vrais spécialistes du recrutement !

Source: L’Usine Nouvelle